XM PROD



Albert à L'ouest
12/07/2014


A Million Ways to Die in the West (Un million de façon de mourir dans l'ouest), titre beaucoup plus approprié, mais sans doute pas assez vendeur en France était une curiosité que je voulais voir pour me neutraliser les neurones.

Pas besoin de grand discours pour ce film qui est l'équivalent américain de nos comédies française : des films moyens que le regarde bon gré malgré pour peu qu'on l'ai à tarif réduit. (Et oui, c'est pratique une carte étudiant)... Il n'empêche qu'une comédie en France à un budget moyen de 3 millions d'euros et vends pour 10 millions si c'est pas trop raté. Là on parle de 30 millions (d'euros) de budget ! Du coup, quand bien même l'histoire et la réa est moyenne, il y a une vraie plus-value pour les décors et les scènes d'action que jamais on ne verra sur un film à la française.

Le film lui même, souffre d'un démarrage trop long. pendant le premier quart d'heure j'ai cru venir le nanar. Et pourtant l'histoire décolle à l'arrivée d'Anna, et les gags décollent un peu avec. Bien sûr on reste très terre à terre, mais il y a quand même quelques bonnes blagues et on ri bien volontiers, à condition d'être un peu familier avec l'humour à l'américaine. Là encore, il vous faudra un minimum de culture Américaine pour pouvoir saisir les nombreuses références, et un peu de culture geek.

Au final, le film se termine mieux qu'il commence avec un côté plus construit et plus assumé, bien qu'on pourra lui reprocher de ne pas avoir cherché à approfondir toutes les références. Mais l'histoire fonctionne, et c'est correctement filmé. Un public averti pourra même en rire et passer un bon moment. A noter aussi que l'univers Far West est reproduit de façon assez convaincante !




Rencontres
30/06/2014


Il y a deux semaines que je veux écrire cette critique, de laquelle les vacances et travail m'auront tenu distant. Et pourtant la critique qui suit sort de mes habitudes puisque je veux vous parler cette fois non pas d'un film mais d'un spectacle. Ce n'est pas dans mes habitude mais je m'en fais pour le coup un devoir, pas seulement parce qu'il s'agit d'amis, mais surtout parce que le spectacle Rencontre du Trait noir m'aura bluffé.

Fruit d'une petite troupe, association relativement jeune et donc doté de moyen limité, on aurait pu s'attendre à un travail amateur comme c'est souvent le cas. Et pourtant ce travail qui se veut à mi-chemin entre danse et expression corporelle est d'une qualité remarquable ! (quasi pro !) Alors faute d'être spécialiste dans un de ces domaines et je vais tenter de critiquer à l'aide de mes connaissances acquise à la réalisation.

La pièce se présente comme un double tableau -l'écrivaine et ses personnages - bien orchestré, encore qu'on aurait pu jouer d'avantage sur le tableau de l'écrivaine et la connexion avec ses personnages, mais est-ce là peut-être un choix de mise en scène, celui de se concentrer d'avantage sur ces derniers qui nous livrent une performance entièrement muette.
Les acteurs sont irréprochables, et les quelques photos (à venir) en atteste. Il y a dans ces gestes une passion, une fougue et même une certaine noblesse qui auront vite fait de vous emporter, après les premières minutes où l'ambiance est posé subtilement et en douceur. Mais quelle passion ! Sur un jeu d'éclairage très réussis (là encore, au travers de la camera mon oeil fut conquit) se joue une histoire dont l'intensité contraste avec le calme de l'écrivaine.
Mais de peur de trop en dire, passons au décors. Relativement minimaliste, il est pourtant très convaincant et, au-delà de l'appartement de l'écrivaine qui se défend plutôt bien, on retiendra surtout ces quelques colonnes, certes fort simple, mais qui non seulement permettent de jouer avec à l'envie (très bien mises à profit) mais également de définir les espaces scéniques. Décors musical également : piano romantique, de bon gout certes, mais peut-être trop sage au final. Enfin, les costumes, à l'instar du décors, sont ingénieux et entrent finalement à merveille dans ce qui constitue au final un véritable tableau. Et c'est sur ce point que je eux insister pour finir : ce spectacle n'est pas seulement narratif, il est aussi visuel; c'est un plaisir pour les yeux.

J'espère avoir été exhaustif et avoir bien retracé à quel point on est saisi par cette passion que dégagent les acteurs, et si vous voulez vous en convaincre, il vous reste une chance de les voir ! Sinon les photos sont à venir (après le prestation de ce vendredi) et je vous invite à les rejoindre et soutenir sur Facebook ! (cliquez sur l'image)




Le Conte de la princesse Kaguya
27/06/2014


Cette critique s'est faite attendre, et pour cause, elle n'était pas simple.

Comment critiquer un ''manga'', qui s'avère plutôt être un dessin animé à l'ancienne avec un style de dessin qui n'est pas sans rappeler les dessins traditionnels japonnais et qui ne trouve aucun concurrent pour y opposer un vrai jugement.
Alors on se contentera de quelques mots : les dessins sont très beau, de même que les musiques. A l'évidence c'est à regarder en version original pour plus d'authenticité, et même si Hayao Miyazaki nous avait habitué à un style un peu différent, cette production des studio Ghibli s'avère toujours très poétique.

La fin pourra surprendre, mais n'enlève en rien son charme à l'histoire, qui dénote totalement de ce qu'on pourra voir, telle que présenté. Une singularité dans le paysage cinématographique actuel, mais quelle singularité ! Splendide !




Marvelous
22/05/2014


Le voyage dans le temps est un des grands classiques du cinéma, et est toujours risqué à l'abord. Il est délicat de dire ''je suis envoyé du futur'' sans que cela suggère un rire de dérision. La clef est là de bien le justifier et de bien le mettre en scène. X-men Day's of the Futur past s'en sort bien , c'est propre et bien
mis en scène et plutôt crédible. Sans compter que le tout est porté par Hugh Jackman !

L'histoire fonctionne bien et même si on aurait pu souhaiter que l'arrivée de Logan dans l'école de Charle soit plus développée, l'histoire dure malgré tout 2h12. Le reste est comme pour tout les bon blockbusters : du béton. Et j'irais même plus loin : la fin, loin d'être évidente, nous tient en haleine jusqu'à la fin !

Visuellement le film est plutôt réussi, même si l'action ne laisse pas trop place à la contemplation. Disons plutôt que l'étalonnage est agréable à l'oeil, et les effets visuel de la période ''back in time'' très bons. Je suis plus sceptique sur la partie dans le temple à laquelle j'ai du mal à croire et que je trouve un peu to much comme toutes ces scènes crées à partir de rien. Mais au final cela ne gène en rien le film.

En conclusion, pas grand chose à dire, si ce n'est que c'est un très bon film, peut-être même un des meilleur X-Men - au risque de le sur-vendre. Comme tout les gros budgets américains, c'est du béton, armé à l'action, mais ici avec un petit quelque chose en plus. Une identité X-Men bien définie et tout à fait délectable !




Léger comme l'air
16/05/2014


Preuve qu'avec une histoire simple on peut offrir une très belle réalisation, que les effets spéciaux et blockbusters ne sont pas lapogée de l'art de Méliès, le promeneur d'oiseau séduit par son côté aérien.

L'histoire s'ouvre de façon assez banale, presque amateur ; mais à linstar de La vie rêvée de Walter Mitty, ce démarrage lent et un peu fade permet au film de prendre de la hauteur dans la deuxième partie. Ce contraste donne au film - eh bien du contraste ! - et une réelle profondeur.

Si on se penche sur l'écriture, c'est comme dit plus haut, simple mais efficace. Et si l'histoire est sans folies, c'est d'avantage pour le duo Grand-père - Petite fille qu'on ira voir le film. Espiègle, cette petite contraste avec son grand-père : le monde technologique, opulent opposé au grand-père économe et simple; et l'évolution de leur relation bien que prévisible n'en reste pas moins racontée avec poésie. Bon pas de spoiler, allez voir le film !

La technique : l'autre grande force du film est sa réelle recherche esthétique. Dès les premiers plans, on voit un réel effort de cadrage, et ce tout au long du film. Les angles sont bien choisi et la lumière bien maitrisées faisant du film un ensemble cohérent. Les couleurs aussi sont travaillées, peux agressives et peu saturée, elles sont quelque peu éthérée, tout comme le film en général. Enfin, la beauté des paysage aidant, renforcée par une musique elle aussi légère et apportant juste ce qu'il faut en soutient à la narration, on passe un très bon moment. Ici au risque de me répéter, j'insiste sur le fait que ce film forme un tout cohérent : tous les éléments techniques et narratifs se complètent sans jamais se chevaucher et le film n'en n'est que plus plaisant à regarder.

Le film a été bien reçu par la critique et c'est sans conteste un très bon film. Simple et léger, avec ce gimmick du Huamei et ces chants d'oiseau, il plaira beaucoup, sans doute plus aux citadins, si vous aspirez à un moment de calme et de poésie. Et en prime, il vous fera voyager un brin !