Le Montage



J'ai toujours fais mon montage à l'instinct et ça peut très bien marcher. Mais pour en avoir le coeur net, surtout si les enjeux sont grands, il y a tout de même quelques "règles" ou guides pour nous aider.

Déjà, avant même de commancer, pour corriger une erreur récurrente : coupez dans le mouvement ! Exemple unstylo tombe d'une table. Si vous coupez alors que le stylo n'a pas quitter la table, ça sera bizarre si au plan suivant il touche le sol. Coupez dans le mouvement, alors qu'il est en train de tomber, en prenant en compte que, psychologiquement, le cerveau interprête une coupe comme une élipse d'environ 8 images.
Jackie Chan a introduit une forme de coupe qui s'est depuis répendu : la répétition d'une action sous plusieur plans. Si montrer plusieur fois la même chose n'a pas de sens d'un point de vu chronologique, cela permet de mettre l'action sur une action, et dans le cas de Jackie, d'ajouter en intensité dans ses combats.


Aussi, de la même façon que des mouvents de caméra qui ne servent qu'à combler une scène ennuyante, les coupes à tire-larigot pour donner de la dynamique à une scène vide, c'est bof. Il fallait mieux anticiper l'écriture. C'est une façon de dire que, à l'image des mouvements de caméra, n'en faite pas sauf si vous avez une bonne raison !



La règle des 6 de Walter Murch
C'est la base.
"Ce que je suggère est une liste de priorités. Si vous devez renoncer à quelque chose, ne jamais abandonner les émotions devant l'histoire. Ne pas abandonner l'histoire avant le rythme, de ne pas abandonner le rythme avant la continuité du regard, ne pas abandonner lla continuité du regard avant la continuité des plans, et ne pas abandonner la continuité des plans avant continuité spatiale dans la scène."



Les Emotions
Les émotions sont la chose la plus importante dans un film. Vous les enlevez, et il ne vous reste qu'une soupe d'image. C'est les émotions qui donneront envi au spectateur de s'investir dans votre film.

L'histoire
De la même façon que j'ai toujours mis l'accent sur l'histoire à l'écriture parce que c'est là que vous déterminez si votre film sera bon ou non, il faut garder ça en tête au montage également. Vouos pouvez toujours ruiner votre travail en racontant mal. Et de la même façon qu'à l'écriture il faut toujours penser "est-ce que je sert mon histoire", ayez le même regard critique au montage. Après avoir filmé, les choses peuvent apparaître différemment qu'imaginées dans le scénario et le monteur s'assure avant tout que l'histoire est bien racontée.

Le rythme
Bon on peut maintenant partir du principe que votre narration est structurée et que vos spectateur sont captivés. Eh bien ne les faites pas mourir d'ennuie. Ne faites pas durer en longueur une scène si l'action est finie, à moins que vous vouliez donner un peu "d'air" à l'histoire...

La direction du regard
Selon le mouvement que fais votre personnage, ou le regard qu'il porte, notre oeil se déplace sur l'image : du haut vers le bas, de gauche à droite ... Idéalement, il faut apporter à l'oeil le contenu là où il l'attend...
eyetrace

eyetrace




Continuité des plans
Vous vous souvenez de la règle des 180° ? (sinon, allez voir à la section Cadrage) Eh bien un mauvais raccord peut induire la même erreur qu'un mauvais tournage. Alors soyez prudent sur la façon d'utiliser vos plans pour respecter cette règle d'or !

La continuité dans l'espace
Si votre personnage court de gauche à droite, toute l'action - jusqu'à ce qu'il s'arrête de courir et éventuellement change de direction - se feront de gauche à droite. Dans l'utilisation de vos plans, essayez de préserver cela, autrement le spectateur se demandera ce qu'il se passe.
De la même façon, gardez une certaine cohérence spatiale : le montage c'est le moment où l'on peut faire croire que deux scène tournées à 1000km de distance sont en fait un même lieu. Mais alors dans vos raccord, ne placez pas une fenêtre là où votre montage donne l'illusion que le mur sépare une autre pièce... (par exemple)


Pour citer Murch, voici l'importance qu'il donne à chaque point :
1. Emotion (51%)
2. Story (23%)
3. Rhythm (10%)
4. Eye Trace (7%)
5. 2D Place of Screen (5%)
6. 3D Space (4%)