Rencontres

In / cine by XM studio host

Il y a deux semaines que je veux écrire cette critique, de laquelle les vacances et travail m’auront tenu distant. Et pourtant la critique qui suit sort de mes habitudes puisque je veux vous parler cette fois non pas d’un film mais d’un spectacle. Ce n’est pas dans mes habitude mais je m’en fais pour le coup un devoir, pas seulement parce qu’il s’agit d’amis, mais surtout parce que le spectacle Rencontre du Trait noir m’aura bluffé.

Fruit d’une petite troupe, association relativement jeune et donc doté de moyen limité, on aurait pu s’attendre à un travail amateur comme c’est souvent le cas. Et pourtant ce travail qui se veut à mi-chemin entre danse et expression corporelle est d’une qualité remarquable ! (quasi pro !) Alors faute d’être spécialiste dans un de ces domaines et je vais tenter de critiquer à l’aide de mes connaissances acquise à la réalisation.

La pièce se présente comme un double tableau -l’écrivaine et ses personnages – bien orchestré, encore qu’on aurait pu jouer d’avantage sur le tableau de l’écrivaine et la connexion avec ses personnages, mais est-ce là peut-être un choix de mise en scène, celui de se concentrer d’avantage sur ces derniers qui nous livrent une performance entièrement muette.
Les acteurs sont irréprochables, et les quelques photos (à venir) en atteste. Il y a dans ces gestes une passion, une fougue et même une certaine noblesse qui auront vite fait de vous emporter, après les premières minutes où l’ambiance est posé subtilement et en douceur. Mais quelle passion ! Sur un jeu d’éclairage très réussis (là encore, au travers de la camera mon oeil fut conquit) se joue une histoire dont l’intensité contraste avec le calme de l’écrivaine.
Mais de peur de trop en dire, passons au décors. Relativement minimaliste, il est pourtant très convaincant et, au-delà de l’appartement de l’écrivaine qui se défend plutôt bien, on retiendra surtout ces quelques colonnes, certes fort simple, mais qui non seulement permettent de jouer avec à l’envie (très bien mises à profit) mais également de définir les espaces scéniques. Décors musical également : piano romantique, de bon gout certes, mais peut-être trop sage au final. Enfin, les costumes, à l’instar du décors, sont ingénieux et entrent finalement à merveille dans ce qui constitue au final un véritable tableau. Et c’est sur ce point que je eux insister pour finir : ce spectacle n’est pas seulement narratif, il est aussi visuel; c’est un plaisir pour les yeux.

J’espère avoir été exhaustif et avoir bien retracé à quel point on est saisi par cette passion que dégagent les acteurs, et si vous voulez vous en convaincre, il vous reste une chance de les voir ! Sinon les photos sont à venir (après le prestation de ce vendredi) et je vous invite à les rejoindre et soutenir sur Facebook ! (cliquez sur l’image)