5 armées achetées, 1 hobbit offert !

In / cine by XM studio host

Et voici venue la critique du tant attendue du dernier volet du Hobbit. Et la chose n’est pas aisée.
Chronologiquement, le film démarre bien, avec le chapitre final du dragon, dans la continuitée du second volet. Bon, il y a dès le débuts quelques fantaisies mais dans l’ensemble c’est pas mal et la ville de Dale et vraiment belle.

Il y a un petit insert hors sujet (avec l’apparition de Sauron et des Nazguls) mais que l’on concède à Peter Jackson qui a tourné le Hobbit comme un Prequel du Seigneur des anneaux. Là encore  on s’autorise quelques divagation, mais la magie est très esthétique. Comme je le disait pour La désolation de Smaug, la magie est là encore plus belle que dans Harry Potter qui a pourtant largement maitrisé le genre sur les dernières années.

Les passages dans Erebor sont également dans la lignée du second opus et la citée naine est toujours aussi belle. Puis vient l’armée naine avec son petit humour et commence la bataille.

Là les choses se compliquent. Autant les mouvements de troupes sont clairs et distincts, autant le méli-mélo de la bataille est confus, d’autant que les armures naines ne se distinguent pas vraiment de celle des orcs. Et les combats individuels sont vraiment too much : ils auraient voulu faire du burlesque, ils n’auraient pas fait mieux. A partir de là, ils y a trop de choses exagérées, l’action devient un peu confuse et la fin est très soudaine. Au niveau du découpage il y a clairement un soucis : couper au niveau du Dargon le second film était très bien vu, mais la bataille n’occupe pas tant de place dans le livre. Peter Jackson se fait un plaisir personnel; soit mais alors il aurait du pousser ça au bout de l’idée sans nous faire une parodie de jeu vidéo dans les combats individuels et donner plus d’intensité à ses scènes de batailles. Sans parler des scènes  »instant émotion » qui sont souvent risibles. Et cette fin un peu boiteuse ruine un peu la trilogie, à l’image de la musique mise sur le générique de fin. Pourquoi n’avoir pas remis « Misty Mountains » du premier opus qui avait tant plu ? Ah bah non partons sur un autre hors sujet !

Enfin, à noter que dans ce film, Bilbo est vraiment sur la touche, dommage pour un personnage aussi attachant et surtout pour un film appelé « Le Hobbit ».

Pour autant, si on revient sur la trilogie au complet, ça reste une performance honorable dont l’apogée se trouve dans Erebor qui était graphiquement incroyable. Ça aura fait un prequel correct au Seigneur des Anneaux, même si ça ne parvient pas à le surpasser.