Mission Impossible

In / cine by XM studio host

Je me suis seulement mis aux Mission Impossible la semaine dernière, toujours dans l’idée de manger tous les films d’espionnage qui me passent sous la main pour le Gunter Project. Et j’ai été agréablement surpris par une saga qui dès le premier opus se trouve un caractère propre et réussit à le conserver au travers d’une structure narrative redondante et d’un certain style.

Le quatrième opus (Ghost protocole) marquait un tournant d’un point de vue qualité visuelle mais aussi se parait d’un aspect plus commercial. C’est donc avec prudence que je suis allé voir le 5ème volet (ciné cool 4,5 la place 😀 ). Et c’est Bluffé que je ressors !

Wouahouh ! Certes on nous balances quelques clichés et on s’écarte de la dite structure narrative, mais à aucun moment j’ai eu l’impression d’être le pigeon spectateur. Entre la scène de l’opéra qui est magnifique – tant visuellement que pour l’histoire -, la course poursuite qui est de loin une des meilleures que j’ai vu depuis longtemps – en intensité et réalisme – ou cette fin magnifique à Londres – brumeuse et froide à souhait, non sans rappeler un petit côté Jack L’éventreur…

Vous l’aurez compris, graphiquement c’est splendide et la musique est à la hauteur d’un film de ce budget. Mais on retiendra trois choses : prendre le temps d’écrire une histoire c’est payant car les rebondissements, les indices qu’on nous donne, les intuitions que cela génère sont bien supérieur aux standards actuels des studios. Ensuite, ils ont réussis à se trouver un méchant à la hauteur, magnifiquement interprété par Sean Harris, et surtout crédible. Enfin le choix de Rebecca Ferguson en personnage féminin est payant pour tout le côté glamour que ça apporte. Pour citer le Fossoyeur de Films : elle ne correspond pas au standards de beauté stéréotypé qu’on nous ressert à toutes les sauces, mais quel charisme !

Dans un registre différent, mais pour un personnage féminin haut en couleur, cette teinte bleu et or, et un côté glamour/action au sommet, je pense qu’on atteint le niveau d’un Casino Royal ! Trêve de bavardages, foncez le voir !