Ya de la Joie

In / cine by XM studio host

J’avais vraiment envie de voir ce film. Sans raison apparente, d’autant que le trailer ne m’avait pas marqué plus que ça, mais en y repensant, j’avais envie de le voir. Et de la même façon que je suis entré dans la salle, je ne sais pas trop quoi penser en sortant non plus. Non pas que Joy soit mauvais non ! c’est juste qu’il me laisse ambivalent. Alors essayons d’analyser cela.

Alors pour faire simple, on le film s’ouvre sur Joy dans un milieu social plutôt -voire complètement- défavorisé à l’américaine. Et si des critiques reprochait au film de trainer en longueur au début, c’est justement pour bien justifier cette envie profonde de Joy de s’extraire de ce milieu. A ceci près que si cette longueur se comprend et se justifie parfaitement bien, je n’ai pas mordu et l’ai trouvé au final presque irritante.

Et pourtant le personnage de Jennifer Lawrence est attachant et on a envie de la voir réussir : on se cramponne à son siège. Et passé l’introduction, la mécanique se met en route et on est happé par le film qui devient plaisant (malgré le suspens). Et pas de Spoiler, mais l’histoire est malgré tout vraiment prenante ; sans compter qu’elle est largement supportée par une photographie à la hauteur et qui frise avec le beau à plusieurs reprises.

Enfin, comme il a déjà été ailleurs, la musique est aussi de qualité et les acteurs sont comme des poissons dans l’eau – mais cela n’est pas étonnant vu le niveau.

Au final, même s’il y a des choix narratif critiquables, le film fonctionne plutôt bien, d’autant qu’il repose en grande partie sur l’histoire et l’histoire seulement. Et même si mon cerveau reste coincé le cul entre deux chaises, c’est un film que je recommande aux curieux et à ce à qui la place de ciné n’est pas le luxe de l’année !