Jason Bourne 2016 poster

Jason Bourne 2016 : amnésie…

In / cine by XM studio host

J’avais adoré Jason Bourne, le tout premier, et c’est un peu en aveugle, je suis tout naturellement allé voir le dernier opus de cette franchise.

Bon comment vous dire… C’est pas parfait… mmême d’ailleurs assez loin de parfait plus j’y repense… C’est d’ailleurs assez rare que je descende un film dans mes critiques… mais là, non, ça va pas…

Si on parle de film d’action à gros budget, oui on est dans un bon standard avec plein d’action, une excellente course poursuite à la fin et en ce sens j’ai passé un bon moment. On retrouve après une première moitié un peu longue les moments Bourniens avec JB qui se cache dans la foule et échape toujours aux grands méchants… Donc de prime abord, un film pas désagréable. Et pourtant il transcrit bel et bien le problème des grands studios actuel, qui par peur de l’échec complet, nous sortent des suites aseptisées.

Le premier grand défaut est que le spectateur n’est pas vraiment engagé émotionnellement. Il y a un vague « ohhhhh » dans la scène en Grèce (no spoil) et c’est à peu près tout. Bien sûr il y a un peu de suspens et on se demande comment ça va finir, mais on ne craint jamais vraiment pour Bourne, et on voit arriver d’assez loin là fin. Car oui, les clichés et les éléphants sont présents dans le magasin de porcelaine du scripte. (enfin, porcelaine….. ). Les dialogues aussi sont très souvent clichés, et des actrices très prometteuses comme Alicia Vikander se retrouve avec un personnage robot, moins émotifs que dans Ex-machina… Il reste avant la grande conclusion à évoquer le montage quasi épileptique…

Conclusion donc. Souvent, je vais être un peu dur avec le film sur le moment, et en rentrant, en le re-voyant, je m’adoucis à son égard… Là c’est l’inverse : au sortir de la salle, j’étais plutôt content, mais en y repensant, je n’ai pas retrouvé ce que j’avais tant aimé du premier. Le premier paraissait presque Indie, et en ce sens très réaliste. Sans grosses cascades et action : juste un agent faisant son chemin comme le ferait n’importe qui. Ce dernier opus est l’exacte opposée de ce qui, à mon sens, faisait la force du premier film d’agent spéciaux ultra-réaliste. Jason Bourne a définitivement perdu la mémoire…

Comme d’hab : les liens allo-cine, et IMDb !