La La Land

La La Land – Un florilège de saveurs !

In / cine by XM studio host

Grâce à ce fabuleux décalage entre la sortie américaine et française, j’ai eu tout le temps d’attendre et d’attendre et de me languir de La La Land. Dès Sundance de l’an dernier, il a été noté comme un favori, comme un film majeur (et il est d’ailleurs donné favori des Oscars de cette année…). Il fallait que je le voit.
Honte à moi, j’ai suivi le hype, sans me renseigner d’avantage… sans même voir la bande annonce. Et c’est avec un peu de surprise que j’ai appris dans la file d’attente qu’il s’agissait d’une comédie musicale.

Séquence d’ouverture… j’ai peur… je sens le cliché venir ! … et … non
En réalité rapidement le duo Emma Stone Ryan Gosling se met en place et le film devient une délectation de chaque instant. À mi-chemin entre un critique sourde et une déclaration d’amour à Hollywood (et Los Angeles) le film parvient à trouver un bel équilibre dans la narration, portée par leur histoire, leur rêve de grandeur, leur déboire dans ce monde de requins…

Il y a avec cela que l’image est belle, et pour une fois on peut réellement sentir le travail de la pellicule réelle : ce petit grain, ces petits défaut de mise au point trahissent avec une certaine sensualité. Le travail de photographie est lui aussi incroyable avec un soin tout particulier apporté à l’éclairage et aux couleurs au point que Los Angeles deviendrait presque belle… Le style rappellera à certain Les Parapluies de Cherbourg, surtout sur le travail des couleurs, car pour le reste, on est dans le style le plus américain qu’il soit. (et c’est peut-être cela qui le place favori aux oscars !)

Mais quid des musiques ? me direz-vous ? (après tout c’est une comédie musicale) Quant aux chanteurs, certes, sur quelques chansons on peut sentir un manque de puissance ou de coffre, et certaines chansons pourraient tendre sur la niaiserie. Mais cela est rattrapé par les musiques qui sont de qualité. On retrouve la dynamique des musicales à la Broadway, mais avec un petit je ne sais quoi en plus. Peut-être une orchestration différente, plus orchestrale, peut-être cette touche Jazz en plus ? Car oui le Jazz revient souvent et pour le grand plaisir des mélomanes.

Au final, La La Land séduit par ce florilège de saveurs : mélancolie, jazz, couleurs, romantisme, glamour, paillettes… Et ce joyeux cocktail est savamment dosé. J’ai pour principe de ne pas sur-vendre les films que j’aime bien pour vous éviter toute déception, mais pour une fois, je ne vous cacherai pas mon enthousiasme ! Chapeau !

Comme d’hab, toute l’info sur IMDb ou Allo-ciné !