The Square poster

The square, un film qui aurait pu être un peu plus carré.

In / cine by XM studio host

The Square propose un postulat intéressant qui finit par donner naissance à un film intéressant, même si certaines arrêtes en reste encore un peu brutes.

Le concept de base propose, dans un musée d’art contemporain installé dans le palais royal de Stockholm, d’installer une œuvre : The Square (le carré en français). « Le Carré est un sanctuaire de confiance et de bienveillance. En son sein, nous avons tous les mêmes droits et les mêmes devoirs. » Autrement dit, nous devons et pouvons faire confiance à tout le monde au sein du carré et devons assistance à tous ses prochains.

En prenant cette exposition pour point de départ, nous suivons le conservateur du musée qui nous sert de vaisseau pour explorer la malhonnêteté, la mesquinerie et surtout la lâcheté de l’homme. Ainsi ce film propose un regard différent sur la société, avec une patte très distincte, le fait d’une autre langue, peut-être d’une autre culture.

Au final, c’est Jacques Mandelbaum du Monde qui le résume le mieux, « doté d’un sens de l’observation et de l’incongruité qui font souvent mouche, croquant en quelques traits cruels des personnages qu’il n’aime pas […] Ruben ­Östlund accumule les scènes grinçantes mais ne parvient pas vraiment à installer un enjeu, ni une progression dramatique. Un même ressort anime la mécanique d’un film qui pourrait durer une heure de plus ou de moins sans réelle incidence. »

Et si des fois le film traine en longueur, ou que l’on se demande où le réalisateur cherche à nous emmener, c’est un film qui mérite d’être vu et sans doute revu, pour comprendre plus en profondeur les comportement humains montré ici. Pour apprécier un peu mieux cette ambiance particulière.

L’habituel lien vers Allo cine et la BA :